Marie Louise Fouchard


fr | en



Acrylique sur toile, 3 x 58’’ x 155’'
     
     

Il y a 200 ans, le 29 décembre 1815, mourrait à Paris Sarah Baartman, de son vrai nom Sawtche, surnommée la « Vénus hottentote ». Sawtche est née aux alentours de 1789 au sein du peuple Khoïkhoï, le plus ancien de la région sud de l'Afrique. Elle était une jeune fille de 21 ans quand elle fut emmenée en Europe dans le but d’en faire un objet d’attraction en exhibant dans les foires son physique singulier. Elle fut ainsi « exposée » de Londres à Paris en passant par Amsterdam, dans une cage, sur des estrades, endurant l'humiliation sous le regard, les quolibets et le toucher de spectateurs encanaillés. Sawtche devient un objet d’étude pour les zoologues et anatomistes de l’époque qui voient en elle la preuve de l’infériorité de la race colonisée. Après sa mort, son cadavre est moulé dans du plâtre alors que son cerveau et ses organes génitaux sont conservés dans des bocaux de formol. Moule et squelette sont exposés dans la galerie d'anthropologie physique du musée de l'Homme à Paris jusqu’en 1974. Ce n’est qu’en 2002 que sa dépouille est accueille au Cap. Elle repose aujourd’hui sur une colline près de son village natal.

Par cette « Rose Hottentote », l’artiste veut rendre hommage aux individus, femmes et hommes, victimes de préjugés racistes, sexistes et des attitudes colonialistes, qui endurent l’humiliation et la déshumanisation de leur personne.

’Source : Wikipedia